Parrainage/Tutorat des jeunes

Un engagement solidaire mais très exigeant

 

Personne n'est insensible aux réelles difficultés rencontrées par les jeunes aujourd'hui, pour trouver leur 1er emploi ou simplement, décrocher le stage exigé pour l'obtention d'une qualification certifiée.

 

Parmi tous les appuis dont ils peuvent bénéficier, des dispositifs de tutorat/parrainage se mettent en place pour leur apporter aide et conseil, dans un esprit solidaire.

 

Ces démarches individuelles de salariés en exercice, spontanées et bénévoles, souvent portées par des actions collectives menées par l'entreprise, au titre de la RSE se multiplient et c'est heureux.

 

 

 

Malheureusement, les limites de ces initiatives, conduites avec générosité et altruisme, rejoignent souvent celles de l'accompagnateur qui, s'appuyant sur sa propre histoire et ses expériences professionnelles, réduit ses conseils à ne les faire travailler que sur une production de qualité des outils classiques de la TRE (Techniques de Recherche d'Emploi) :

  • un CV bien présenté et explicite,
  • une bonne analyse des offres d'emplois,
  • une lettre "dite" de motivation bien écrite et attractive,
  • une préparation à l'entretien.

D'autre part, il faut garder en mémoire que c'est toujours l'Opérationnel (le futur patron du jeune) qui choisit, in fine, son collaborateur, face à un besoin bien spécifique et avec une juste appréciation de son potentiel d'évolution. Cela suppose que l'accompagnateur maîtrise l'essentiel des codes et pratiques des métiers sur lesquels l'accompagné se positionne.

 

Si beaucoup de jeunes décrochent rapidement leur 1er emploi grâce à ces appuis, il n'en reste pas moins vrai qu'ils restent très nombreux à rester sur la touche. Il s'agit, le plus souvent de jeunes dont la formation et la spécialisation ne conduisent pas facilement à des emplois fréquemment proposés sous forme d'annonce (marché "visible" de l'emploi). Leur méconnaissance des métiers/secteurs qui pourraient les accueillir, associée à une absence de réflexion sur un quelconque projet professionnel, les bloquent.

 

Depuis fort longtemps, le seul incontournable "CV-Lettre", inlassablement reproduit, reconduit, répété et relayé par l'ensemble des institutionnels en responsabilité, n'est plus la recette miracle, le standard universel, le sésame pour trouver un emploi.

 

Sur le terrain, pour l'ensemble des acteurs en charge de recrutement et pour FEE en particulier, la relation étroite entre un parcours/cursus/cheminement [le CV] et un but/objectif [le Projet], relève d'un simple bon sens avec, en fil conducteur, la cohérence d'une démarche personnelle :

Un CV sans projet n'a aucun sens.

 

Ce constat, simple clair et concis est partagé par tous les professionnels du secteur.

 

Aujourd'hui comme hier, mais aussi demain, il est toujours pertinent, avant de s'engager sur une formation, d'acquérir de nouvelles qualifications, d'opter pour l'alternance, quel que soit le profil, de se poser en amont, la bonne question :

Pour quoi faire?

 

Quand cette évidence devient une vraie nécessité pour assurer l'employabilité de chacun, face à l'emploi, comment alors agir et faire bouger les lignes ?

 

Depuis plus de 20 ans, FEE travaille, développe et ajuste au fil des ans des réalités et des besoins de l'entreprise, une pédagogie efficace posée avec pragmatisme, sur un projet réaliste et réalisable, juste équilibre entre les attentes personnelles et les attendus professionnels.

 

Sous cet angle, FEE se réjouirait de voir les parrains, tuteurs et autres mentors, intéressés par cette démarche, s'approprier cet outil d'accompagnement pertinent, pour servir au mieux les intérêts des accompagnés.

Ils nous ont fait confiance